Epidémie de Choléra en Haîti, octobre 2010

Epidémie de choléra en Haïti

 

 

Choléra en Haïti : vers une stabilisation ? Source BFM TV (Cliquez sur l'image)

     YouTube         - Choléra en Haïti : vers une stabilisation ?


Définition du Choléra

Le choléra est une toxi-infection entérique épidémique contagieuse due à la bactérie Vibrio cholerae, ou bacille virgule, découverte par Pacini en 1854 et redécouverte par Koch en 1883. Strictement limitée à l'espèce humaine, elle est caractérisée par des diarrhées brutales et très abondantes. La forme majeure classique est fatale dans plus de la moitié des cas, en l’absence de traitement (de quelques heures à trois jours).

La contamination est orale, d’origine fécale, par l’eau de boisson ou des aliments souillés.

Le choléra a été la première maladie pestilentielle à faire l’objet, dès le xixe siècle, d’une surveillance internationale.

En France, on compte quelques cas de choléra chaque année ; dans la plupart des cas, la maladie a été contractée à l'étranger, on a dénombré cinq cas de choléra autochtone entre 1970 et 1996.


(AFP) – Il y a 2 jours

PORT-AU-PRINCE — L'épidémie de choléra en Haïti avait fait 330 morts vendredi, soit 25 de plus que la veille, ont annoncé les autorités haïtiennes, qui ont également fait état de 65 hospitalisations supplémentaires, soit 4.714.

Le nouveau bilan a été communiqué par le directeur général du ministère de la Santé haïtien, Gabriel Thimoté, au cours d'une conférence de presse.

Il montre à la fois une hausse du nombre de décès et un net ralentissement du nombre de nouvelles hospitalisations: la veille, les autorités avaient enregistré 13 morts et 502 hospitalisations nouvelles.

"Nous avons pris toutes les dispositions pour contrôler la propagation de l'épidémie en renforçant la sensibilisation et la surveillance épidémiologique", a déclaré le Dr Thimoté.

"Nous avons demandé à nos partenaires internationaux d'aider le ministère de la Santé à renforcer la surveillance épidémiologique", a-t-il ajouté, précisant que les autorités avaient reçu de ces partenaires "des lits en quantité et des médicaments" qui ont été prépositionnés dans les différentes régions du pays.

Interrogé sur l'état de l'enquête au sujet de l'origine de l'épidémie, le Dr Thimoté a répondu qu'elle n'avait rien apporté de concluant pour le moment mais que l'hypothèse d'une contamination du fleuve Artibonite restait privilégiée.

Les autorités sanitaires haïtiennes ont également relevé que la plupart des victimes du choléra en Haïti étaient comptées parmi "les personnes à faible niveau d'éducation, les agriculteurs et les paysans".

"Les hommes sont presque autant victimes de l'épidémie que les femmes. Dans une seule communauté, nous avons dénombré 114 femmes décédées contre 107 chez les hommes", a indiqué le Dr Thimoté.

Environ 30% des décès sont enregistrés chef les enfants de cinq ans et plus, "une population très vulnérable", a souligné un responsable du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

De nombreuses organisations internationales intervenant en Haïti depuis le séisme du 12 janvier ont depuis le début de cette épidémie concentré leurs activités dans les régions les plus affectées par l'épidémie.

L'ONG Action contre la faim (ACF) a distribué près de 10.000 kits de lutte contre le choléra à plus de 35.000 personnes dans les sections communales de Marchand Dessalines, un des foyers de la maladie. L'organisation a également annoncé dans un communiqué le renforcement de son action de nettoyage et de désinfection dans les quartiers de Port-au-Prince.

La République dominicaine a par ailleurs renforcé vendredi ses contrôles militaires à la frontière avec Haïti, pour tenter d'empêcher la propagation de l'épidémie chez son voisin, selon la presse locale.

Les soldats ont notamment effectué plusieurs descentes dans la ville de Dajabon (nord), située au bord de la frontière de 376 km de long séparant les deux pays se partageant l'île caribéenne d'Hispaniola, pour détecter la présence d'Haïtiens entrés clandestinement.

La République dominicaine avait déjà mis en place des contrôles sanitaires depuis lundi et exige en outre la présentation d'un passeport et d'un visa pour laisser entrer les Haïtiens.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a pourtant jugé mardi qu'il n'était "pas nécessaire de fermer les frontières ou de restreindre les voyages dans l'île et le commerce avec Haïti".

 


 

12/11/2010. Le Figaro.

L'ONU a lancé vendredi un appel de fonds d'urgence de 163,8 millions de dollars (120 millions d'euros) pour "éviter d'être dépassée" par l' épidémie de choléra dont le bilan atteint désormais 724 décès et 11.000 hospitalisations.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×